Philosophie - Saint-Georges Boy Scouts Gand

Philosophie


Activités et thèmes de la vie de tous les jours

Les scouts et les guides parcourent des rues et des places, ils jouent leur propre jeu, ils élèvent des constructions attrayantes et ils font des voyages. Nous appliquons nos principes de base à des récréations diverses; au genre d'activité qui est caractéristique des mouvements de scouts et de guides. Nous en examinons quatre de plus près: le camp, le jeu, la technique et l’excursion. Il existe évidemment d'autres terrains pour le travail des scouts et des guides;ce ne sont pas les seuls activités récréatives: dans le théatre, le sport, le bricolage, ... le scoutisme se manifeste aussi.

Faire du camping

Un campement se situe au sommet de notre structure. Au camp nous sortons de notre environnement familier. Nous recherchons autre chose. Des choses nouvelles et passionantes, nous en avons une bonne intuition. Nous construisons un petit monde caractérisé par une propre manière d’habiter, de vivre le temps, un rithme et une ambiance qui nous est familier. Partir en voyage, c'est consciemment faire un pas dans l'inconnu. On l'appelle explorer. Etre confronté à l'homme et à la nature. Nous nous servons de cette expérience unique pour modifier le jeu des scouts et des guides dans une direction plus intime et plus verte.

Non seulement au camp, mais aussi avant le départ nous nous consultons. Nous impliquons les différents membres dans l’organisation du camp. Nous envisageons ensemble le côté pratique et celui du contenu. La mesure dans laquelle nous impliquons les membres dans la préparation du camp évolue des lutins aux plus grands. Aussi le genre du camp varie selon les catégories. Pour les lutins c'est déjà toute une entreprise de s’éloigner de leur maison pendant cinq jours. Pour leur campement, il est bien souhaitable qu'ils puissent loger dans un endroit bien équipé. Les guides et les éclaireurs dorment sous tentes et font leur propre popotte. Le clan peut faire un camp-randonnée à travers les Pyrenées ou un camp de travail au service d'une communauté locale.

Jouer

Quand un enfant ne joue pas, c’est qu’il est malade, note une personne de vif. Et ce n'est pas menti. Jouer est une chose essentielle pour les enfants et les jeunes. Galoper, donner libre cours à leur énergie et leur fantaisie et pouvoir expérimenter, c'est ainsi qu'un enfant découvre sa personnalité et son environnement. Il est évident que le scoutisme favorise alors le jeux comme un aspect très important. Tout en jouant les scouts et les guides découvrent leur environnement, leurs possibilités et leurs limites. La vie est leur terrain de jeu. En jouant, ils apprennent à s'exprimer, à collaborer, à chercher créativement des solutions et à peser au bien et au mal. Le jeu rend les gens habiles et forts. Le jeu nous donne une notion de ce qui se passe dans le monde. Jouer, c'est apprendre quelque chose. Jouer, c’est s’amuser. Le jeu est une valeur en soi. De simplement se défouler ou folâtrer dans l'herbe jusqu'à réaliser des missions énigmatiques avec des constructions compliquées.

Le jeu d'un enfant de huit ans est différent de celui d’un jeune de dix-sept ans. Le genre du jeux, la présentation, l’accompagnement, l’explication, les règles du jeu, le terrain et les matériaux sont adaptés en fonction de la tranche d'âge.

Techniques

Les scouts et les guides sont connus pour leur capacité à se débrouiller. C'est plus qu'un simple dessin animé, plus qu'un hasard.

Participer à l'ensemble de l'éducation des enfants et des jeunes, signifie que nous leur offrons, sur différents plans, des possibilités de se développer. Notre fonctionnement veut armer les scouts et les guides d’un savoir et d’une habilité. Les aider à résoudre des problèmes, à se débrouiller et à réaliser leurs rêves. La vie en plein air, les activités aventureuses et la propre activité du scoutisme, constituent un cadre agréable pour exercer des techniques différentes.

Ces techniques prouvent leur utilité au camp ou en excursion, mais souvent aussi en dehors du scoutisme. Bien des architectes ont inventés leurs premières constructions chez les scouts. Bien des capitaines ont nagé leur première brasse chez les scouts maritimes. Notre large éventail de techniques offre pour chaque talent ce qu'il requière.

L'offre des techniques se développe en même temps que les possibilités de l'enfant changent. Par exemple: les lutins apprennent à téléphoner, les plus grands font du surfing sur l’internet. Les lutins font un noeud plat, les jeunes guides construisent leur propre coin-repas. C'est un plaisir. Les badges ou les insignes n’y sont pas nécessaires. Le degré de difficulté et le défi correspondent au niveau de l'enfant ou du jeune. La sécurité y est très importante. Laisser les louveteaux fendre du bois avec une hache ne témoigne pas de responsabilité. Les jeunes éclaireurs manient sans problème la carte et la boussole mais il est indiqué de réserver un dropping de nuit pour un groupe plus avancé. C'est pourquoi il existe une continuité dans l'offre: les plus jeunes prennent connaissance de la base des différentes techniques. Une base, qui sera appliquée et développée plus tard, dans un groupe supérieur. Ainsi ça reste passionnant.

L'excursion

Scoutisme signifie littérallement "explorer". Partir en excursion est une activité primordiale pour les scouts et les guides. Un peu vagabonder et toujours suivre une trace. En excursion les enfants et les jeunes découvrent la nature, ils apprennent à en profiter et à la traiter avec respect. Des jeunes apprennent à se mouvoir le long des chemins nouveaux et à s'orienter dans un milieu inconnu. Ca crée des surprises et provoque l’étonnement. Etre en excursion est également un travail de groupe. C'est entreprendre ensemble et créer une histoire. C'est porter le sac à dos pour autrui et s'entraider à traverser le ruisseau. La VVKSM aime voir l’évolution dans les randonnées que nous choisissons pour les scouts et les guides: chaque branche exige son propre parcours.

Etre en chemin est aussi important que la destination. Dans le scoutisme les randonnées acquièrent une qualité: la variété, un terrain intéressant, l'équipement requis, la bonne distance et le bon rithme. En chemin tout peut se passer: entendre, voir et sentir: faire du feu pour une ‘cuisine forestière’, pêcher ce qui est présent dans le ruisseau, ou vagabonder parmis les ruïnes.

Les scouts et les guides ne sont pas des citoyens loin du monde; nous sommes des enfants de cette époque. Le scoutisme est enraciné dans l'évolution de notre communauté actuelle. Les thèmes qui nous captivent sont donc également ancrés dans notre communauté.

Bien s'entendre

Le scoutisme, c'est collaborer.

Au camp, en randonnée dans les bois, dans notre local et sur le terrain. Lors du travail en équipe nous prêtons d'un côté attention au résultat de notre travail: nous mettons les points sur les i, nous avons l'oeil pour l'entourage, nous y travaillons. De l’autre côté, le genre de coöpération est aussi importante que le résultat même de notre travail. La participation y est un aspect essentiel. Nous restons ouverts au suggestions et nous nous impliquons chacun dans la corvée.

Le scoutisme, c'est être ouvert.

Chaque personne est différente et chacun a un rien de plus ou de moins, chacun a quelque chose. S'entendre bien suppose un regard plus ou moins clair sur soi-même et une attitude qui défend notre propre personnalité. S'entendre bien demande aussi une certaine sensibilité qui permet de se mettre dans la peau des autres, de comprendre ce qu’ils veulent dire ou ce qu’ils désirent. Cela implique que nous nous mettons à la place d'autrui et que nous nous imaginons comment ils ressentent les choses. C'est ainsi que les scouts et les guides abordent volontiers un dialogue. Nous restons ouvert vis-à-vis d'autres opinions. Nous voulons arrêter les préjugés et prendre en considération d'autres modes de penser. Cette façon de se voir, nous facilite de se parler.

Le scoutisme, c'est se rencontrer.

Nous jouons beaucoup et volontiers. Rencontrer des gens se fait en jouant, ici.
 Notre groupe veut être un laboratoire où on peut se rencontrer. Un endroit sans danger où des jeunes, en jouant et en travaillant intelligemment, se rapprochent et se sentent chez eux. C’est par ces expériences que les enfants et les jeunes acquièrent le sens pour la valeur de l'amitié et d'être ensemble.

Paix

La paix commence par " bien s'entendre ". Apprendre à résoudre des conflits, entre les membres et la direction, dans la manière dont notre structure est établie, dans la façon dont nous prenons des décisions, en jouant et en vivant ensemble. Aider à obtenir la paix mondiale était un des buts à l'origine du scoutisme. Nous témoignons du zèle pour une paix positive, car l'absence de guerre ne signifie pas nécéssairement "la paix". Une vie équitable pour tout le monde: c'est notre but.

Indépendance et émancipation

Scoutisme signifie développement.

Les louveteaux rattachent leurs lacets et les lutins trouvent leur chemin. Les scouts et les guides sont connus pour leur débrouillardise. Dans la VVKSM nous nous donnons pour but une indépendance qui va plus loin que de trouver son chemin ou de rattacher ses lacets. Grâce à notre méthode, nos membres grandissent sur tous les plans. Pas à pas ils prennent leur destin en mains. A la fin du voyage, les scouts et les guides devraient participer à cette communauté d'une façon intelligente et authentique.

Le scoutisme est un terrain d'excercice.

Armés d'une carte et d'une boussole, les jeunes éclaireurs pénètrent dans les bois. Les guides se consultent dans leur propre assemblée sur la réaction à la fermeture tardive de leur dernière boum. Les jeunes éclaireurs perdent la piste; les guides essayent d’éviter un conflict. On ne se moque pas d'eux, on ne les punis pas sans plus. C'est rassurant et en même temps un défi. Donner des opportunités et les prendre, tomber et se relever, c’est s'excercer. Apprendre à s'orienter en perdant le chemin. Cela demande de l'équilibre de la part de la direction. Bien que ce soit, pour eux aussi, une recherche vers cet équilibre. Un bon entraînement tient le milieu entre laisser faire et ne pas cesser de donner des instructions. Un bon entraînement est limité par la securité et le bon sens.

Le scoutisme est conscient de ce qui se passe dans le monde.

"La jeunesse d'aujourd'hui". Imaginez-vous: ‘cheftaine venant de P. sort une capote du distributeur.’ Ou ‘lutin de X. regarde MTV.’ Les scouts et les guides, des jeunes comme tous les autres, ayant environ 6 à 17 ans, ils se promènent et ne sont pas fous. Ils écoutent, regardent et sentent ce qui se passe autour d'eux. Et ils y participent.

Participer à cette société suppose qu’on pèse le pour et le contre, qu’on regarde et qu’on écoute, qu’on se tait et qu’on parle. Ainsi ils sont liés au monde, ce qui n'est au jour le jour pas une évidence. Nous vivons dans un monde plein de possibilités et cela demande des choix. Dans la diversité des opinions, des possibilités, des expériences et des tendances, le scoutisme apprend aux enfants et aux jeunes à faire des choix conscients. La direction connaît le monde dans lequel ses membres grandissent et ils les confrontent avec ce monde. C'est ainsi que nous recherchons de la qualité. C'est ainsi que nous apprenons à faire la différence entre les valeurs financières et morales. Lors de ces choix on n’est pas aveugle pour les gens qui nous entourent. Nous combattons ce qui ne nous semble pas juste. Nous attaquons les barrières sociales vis-à-vis les émigrants, les moins-valides et les moins-chanceux. Dans nos structures les hommes et les femmes se trouvent au même niveau.

L'environnement

Le scoutisme se joue à l'extérieur.

La nature nous incite à sortir de nos locaux. Elle nous propose des défis qui permettent au jeu des scouts et des guides, de devenir réalité. Elle nous invite à jouer sans restrictions, à partir en excursion et à découvrir que le monde est grand et petit à la fois. Les scouts et les guides jouissent à pleins poumons de la nature et ils y sentent l'aventure.

Le scoutisme se vit en harmonie.

Plusieures fois, la nature a été maltraîtée par l'homme et lui porte des coups violents. Nous déformons trop souvent la nature selon notre goût. Jusqu'à ce qu'elle réagisse violemment. La nature a une grande force et une extrême beauté. Notre vie en plein air nous imbrique dans la nature et nous apprend son rithme. Nous sommes étonnés et le respect pour ce qui est vivant s’agrandit. La nature est un partenaire respectable pour le scoutisme. A partir de petites expériences nous apprenons que la nature existe pour nous et grâce à nous. Nous prenons donc une attitude respectueuse envers l'environnement. Réflechir avant d'agir; ainsi nous évitons par exemple les déchets. Nous prenons soin de garder la nature propre après les activités et nous poursuivons cette idée vers une attitude écologique dans notre vie journalière. La direction y joue un rôle exemplaire; la pratique du scoutisme nous offre bien des opportunités d’attirer leur attention à ce sujet et de les influencer. Le scoutisme, c'est explorer. Les scouts et les guides suivent une trace, comme les petits chiens cherchent une piste.

Langue & signes

Les scouts et les guides cherchent sans arrêt de bonnes formes de travail. Par une propre langue et des signes de scoutisme nous voulons transmettre notre tradition aux enfants et aux jeunes. La loi des scouts, l'uniforme, le salut des scouts, le rituel de la totémisation,... C'est un language qui dépasse les mots. Par des rituels et des symboles, comme par exemple la promesse, nous voulons exprimer les choses qui nous tiennent à coeur. Le scoutisme n'est pas un folklore. C'est pourquoi, à chaque instant, nous donnons de nouvelles couleurs au scoutisme, nous continuons ensemble à chercher un language et des signes qui nous rassemblent, qui pourraient nous servir un jour au camp et qui font qu’on se sent bien entre nous.

Thème de l'année

Scouts en Gidsen Vlaanderen cherche un autre thème chaque année. Le thème annuel veut examiner, pendant la durée d’un an, un aspect défini du scoutisme. Cela peut varier de choses typiquement scoutes, comme expérimenter la nature ou la créativité, jusqu'aux thèmes culturelles ou de la vie des jeunes, comme l’état physique. Des questions sociales, comme par exemple l'intégration, peuvent aussi être mises au premier plan, en un thème annuel. Chaque année, Scouts en Gidsen Vlaanderen recherche un slogan, un symbole annuel, une chanson et des jeux spécifiques.

Formation des animateurs

Pour devenir un bon animateur, les cheftaines et les chefs peuvent suivre un cours. Le Service de Formation des Cadres de la VVKSM organise plusieurs initiatives de formation pour toute la direction, pendant toute l'année. Aussi bien des cours d’un week-end que pour des periodes plus longues de six à huit jours. Ces cours rasssemblent différents groupes de la VVKSM. Les chefs se réunissent pour discuter leur façon de guider. Ca crée la possibilité de voir plus, au delà des limites de leur propre groupe, et d’échanger des expériences.
 Les cours et week-ends sont donnés par des volontaires. Ils vont eux-mêmes régulièrement à des conférences pour développer leur accompagnement.

Il y a trois sortes de cours:

Jours d'introduction (ID) pour la direction débutante. Une dizaine de chefs de groupes différents travaillent pendant une semaine sur le thème du jeu, de la vie dans l'environnement, du bon contact avec les enfants, ... Ce cours est fortement lié à l’opération dans chaque branche.

Gilwell est un cours destiné à une direction plus expérimentée. On ne vise pas la branche mais la méthode de chacun comme guide d’une équipe. Comment est-ce-que j’expérimente ma position de chef? Comment est-ce-que les autres m'évaluent? Quelle est ma place dans le groupe? Ce sont des questions qui se posent lors d'un gilwell. Le lien avec le groupe de chacun est constamment repris.

A côté des conférences d’animateur il existe aussi un cours pour les jins: l'introduction des jins: examiner pendant toute une semaine avec les jins d'autres groupes des thèmes de la vie des jeunes de 17 à 18 ans.

Formations de week-end:

A part des cours, il y a aussi des formations de week-end qui concernent différents thèmes. L’offre peut changer d’année en année. Certains week-ends sont organisés par branche. Les thèmes de ces week-ends sont alors dirigés vers chaque branche spécifique. D'autres formations de week-ends sont destinées à tout le monde. Les thèmes sont choisis de manière à ce qu'ils soient valable pour chaque branche, p.e. l'humanisation chrétienne ou les techniques.